Internet Explorer, aujourd'hui oublié
mais empreint d'histoire

Les technologies web sont imaginées et conçues dans un cadre indépendant, loin des aspirations lucratives de sociétés influentes. En s'illustrant à promouvoir la compatibilité de ces technologies, le World Wide Web Consortium permet aux développeurs de s'affranchir de la proximité à un système ou un fabricant.

Le W3C est une entité, à vocation altruiste, chargée de réaliser le processus de normalisation des technologies web. L'organisme propose des standards industriels à l'attention des éditeurs tout en s'efforçant de concilier les intérêts de la communauté mondiale.

Des standards industriels qui, au lendemain de leur naissance, furent rapidement égratignés par l'apparition d'un navigateur autrefois bien connu des internautes. En 1995, Microsoft Internet Explorer voit le jour et connait une adoption rapide auprès du public. À l'époque, Netscape est déjà bien implanté mais peine à maintenir son avance face à une solution dont la mise à disposition est immédiate pour les utilisateurs Windows. Dans un contexte favorable, MSIE s'impose et parvient à étouffer ses concurrents tenus à l'écart du grand public.

L'emprise du navigateur sur les parts de marché donne à Microsoft les moyens de précipiter le déploiement de fonctionnalités propriétaires absentes des recommandations du W3C. Une situation qui, à l'aube du 21ème siècle, aura pour effet de conditionner la plupart des développements web durant près d'une décennie. Il est naturel de penser qu'un editeur ait tous les droits sur la façon de concevoir et de commercialiser ses logiciels, toutefois, on peut regretter que certaines pratiques s'inscrivent dans une démarche parallèle au travail normatif du W3C.

Le web en orbite autour d'un seul acteur

Au début des années 2000, Microsoft Internet Explorer joue un rôle actif dans les principes qui président à la conception de nombreuses applications web. Les sites réalisés à des fins de navigation exclusive sous MSIE deviennent monnaie courante et s'installent confortablement dans le paysage informatique.

Certaines entreprises, tenues captives par des solutions intranet basées sur Internet Explorer, seront même contraintes, malgré elles, d'inscrire le navigateur dans la durée. Pendant longtemps, les développeurs sont restés confinés aux solutions Microsoft en raison de l'attitude (parfois méprisante) de la compagnie vis-à-vis des technologies web.

Aujourd'hui, il peut être intéressant de se rappeler que les recommandations du W3C survivent mieux à l'épreuve du temps face aux choix d'implémentation portés par Microsoft. Ainsi, utiliser des standards industriels indépendants de leur mise en œuvre s'avère utile pour établir des solutions viables sur le long terme.